24.02.2019

Sauvetage d'animaux

C’est à la suite de la découverte de promeneurs que cette histoire commence. Des jeunes se baladent dans l’ancienne réserve zoologique et retrouvent plusieurs cadavres d’antilopes. Une fois les gendarmes prévenus, les jeunes décident d’alerter plusieurs associations de protection animale. Seulement, s’agissant d’animaux sauvages, elles ne peuvent malheureusement rien faire.

Il semblerait que les animaux soient attaqués par un prédateur. Des visiteurs ont pu prendre des photos.
Après vérification de ces photos, Patrick Violas et Florence Ollivet-Courtois se rendent sur place samedi pour tenter de rentrer en contact avec les gardiens des lieux et proposer leur aide. Ils leur conseille d’enlever en urgence les animaux morts, ce que les gardiens font dès le dimanche matin.
«La première urgence est de protéger les animaux, les récupérer, les identifier, les soigner, les vacciner et les stériliser en collaboration avec les autorités et les pompiers» explique Patrick Violas.
L’équipe est en attente d’autorisation pour intervenir et souhaite proposer à la propriétaire des solutions d’urgence : «Nous sommes en capacité de créer un enclos de reprise et une quarantaine sur place, le temps de s’occuper de tous les animaux». Plusieurs zoos se sont déjà mobilisés pour accueillir ces animaux, il semble que tous pourront être replacés après avoir été identifiés et soignés.
L’autre urgence est d’isoler le prédateur.

Ces faits du week-end ont renforcé la motivation des équipes du Zoo-refuge La Tanière, prouvant malheureusement l’utilité de cette structure capable d’intervenir rapidement face à une telle situation.